Site de liaison entre les membres et les sympathisants d' Action Patriote

 

 

Accueil Liens Contacts Statuts Adhesions Mentions legales Cadre Legal

 

DIVERS

 

MISE À JOUR DU 23.12.2019

 

 

 

 

AFFAIRE DE BAYONNE

 

MISE A JOUR DU 31.10.2019 : L'attaque de la mosquée de Bayonne et le traitement médiatique et politique qui en a été fait démontrent parfaitement que ce type d'action est nuisible et contre-productif. Il se trouve que l'auteur ne faisait pas a priori partie d'une organisation patriote, sinon il aurait fait tomber l'association concernées, avec les mots qui vont bien, "ultra-droite", "groupes de combats" j'en passe et des meilleures. Il a été présenté comme un "militaire" alors qu'il est retraité SNCF. Il a dû faire comme tout le monde à l'époque se pastiller 36 mois en Algérie.

La justice n'a pas considéré qu'il s'agissait d'un acte terroriste, prenons acte. On a vu à cette occasion la tactique du CFCM, rompu aux pleurnicheries, et les commentaires victimaires de la presse musulmane. Quant au pouvoir, il s'est empressé de faire les courbettes de circonstance, mort de trouille qu'il est des conséquences potentielles, entre autre une agitation dans les ZUS. Côté partis politiques, on en a fait des tonnes, même le RN. Mais de toutes façons c'est reculer pour mieux sauter.

Donc : rappel, toute provocation, tout acte pouvant être considéré comme "hislamophobe" est rigoureusement interdit chez ACTION PATRIOTE.

 

 

https://actu.fr/faits-divers/apres-lattaque-la-mosquee-bayonne-musulmans-denoncent-debats-hysteriques-sur-lislam_29001258.html 

 

MISE A JOUR DU 30.10.2019 : Nos amis du camp d'en face conviennent qu'il s'agit d'un cas isolé, Claude Sinké étant manifestement un original ayant agit seul, le genre de profil éliminé d'office chez ACTION PATRIOTE. De nombreux articles dans les médias permettent de reconstituer le parcours. Même la tentative d'amalgame avec le RN, qui l'a viré, a tourné court. Il n'empêche que ce coup de semonce isolé est clair et André Bercoff le fait remarquer : si les exactions islamiques continuent à ce rythme (provocations, surinages, guet-apens, embuscades, insurrections larvées...) les actes de représailles de la part d'individus fragiles poussés à bout vont se multiplier. La peur n'est pas en train de changer de camp, mais s'étend au camp d'où sont issus les terroristes (tous musulmans).

S'il faut raser les murs pour aller prier, comme les kouffars dans leur vie quotidienne, cela va devenir beaucoup moins rigolo de rester en France.