Site de liaison entre les membres et les sympathisants d' Action Patriote

 

 

Accueil Liens Contacts Statuts Adhesions Mentions legales Cadre Legal

 

 

ARCHIVES DIRECTIVES

 

MAJ 27.07.2020

 

 

DIRECTIVE n°4 DU 22.06.2020

 

 

 

LE POINT SUR LA SITUATION :

 

Les Français (blancs de souche principalement) ont globalement respecté le confinement, vu ce que j'ai observé moi même dans ma ville. Il est de notoriété publique que dans les banlieues et certains quartiers de grandes villes, il en a été tout autrement. Certaines catégories de populations, du fait de leurs comportements sociaux ou religieux ont été fortement contaminées (banlieues (Sarcelles), communauté Juive (5 fois plus de morts), bobos fêtards).

Ce confinement entraînait théoriquement l'interdiction logique des rassemblements de plus de dix personnes, et donc les manifestations.

Le pouvoir, tétanisé, sidéré, a été incapable d'empêcher une manifestation de... clandestins.

L'affaire du drogué repris de justice et acteur porno Floyd à la santé fragile a mis le feu aux poudres aux USA. La "famille" Traoré et leurs soutiens se sont engouffrés dans la brèche. Il semble que la "Reine ASSA" soit financée par une fondation Rothschild au moins ?

Le ministre de l'intérieur Castaner et son adjoint Nunez se sont littéralement couchés et ont lâché police et gendarmerie, même s'ils essayent de se rattraper, le mal est fait. La ministre de la justice a réussi l'exploit de libérer 14000 détenus en deux mois et de tout faire pour ne pas incarcérer même des condamnés ferme. Tous ces délinquants potentiellement terroristes sont dans la nature. Les députés ont refusé leur traçage électronique.

L'affaire de Dijon prouve que le ministre de l'intérieur a perdu le contrôle des quartiers et de certaines communautés violentes. Pourtant, les RT et la DGSI avaient fait leur travail.

Il est clair, sauf reprise en main hypothétique, que le racisme anti-blancs sous-jacent (et anti-Juifs et anti-Asiatiques) ne peut que se développer et aboutir à des attaques de plus en plus nombreuses et violentes de voyous en situation d'impunité.

Il faut constater un peu partout une recrudescence d'incendies de poubelles et de véhicules, de tirs de pétards ou de mortiers de feux d'artifice, même dans des villes petites et moyennes de province. La racaille teste les forces de l'ordre et les politiques locaux.

 

 

QUE FAIRE SI VOUS ÊTES EN ZONE BLEUE

 

Les situations sont tellement diverses qu'il est primordial de laisser l'initiative au niveau local. Vous reporter à la DIRECTIVE n°1. Si ce n'est déjà fait, dans 8 jours votre maire sera élu. Compte tenu des retards colossaux pris dans la gestion des communes, commencez à recruter maintenant et n'en parler à votre maire ou à son adjoint à la sécurité qu'à la rentrée.

 

 

QUE FAIRE SI VOUS ÊTES EN ZONE ROUGE

 

Se reporter à la DIRECTIVE n°3. Le désarmement psychologique de la police et les "totems d'impunité" donnés aux allogènes par le pouvoir actuel nous mettent réellement en danger. A titre d'information, un ami agent immobilier estime qu'un million de Franciliens vont évacuer la région Parisienne grâce au télétravail et au déplacement en province des entreprises vendant par internet.

 

 

QUE FAIRE SI VOUS ÊTES EN ZONE ORANGE

 

Se reporter à la DIRECTIVE n°3. Tout dépend de la couleur politique de votre municipalité. Si votre municipalité est de gauche, c'est cuit. Partez si vous pouvez.

 

 

STOP COVID, TÉLÉPHONE ET 5G, GPS

 

Comme pour l'application "attestations" ne téléchargez pas STOP COVID. Les téléphones sont de véritables fils à la patte, laissez les chez vous si vous devez vous déplacer discrètement. Une bonne technique pour brouiller les pistes consiste à placer votre téléphone dans un autre véhicule à l'issu se son conducteur.

Idem pour les GPS. Il faut vraiment lire les notices, car même fermés, ils peuvent poursuivre leur activité en tâche de fond.

 

 

DIRECTIVE n°3 AU 22.04.2020

 

 

Ces instructions évolueront en fonction de la situation.

 

 

LE POINT SUR LA SITUATION au 22.04.2020 :

 

Le point fait au 03.04.2020 est toujours valide. Le site http://www.fdesouche.com/, l'un des seuls à suivre les infos au niveau local, montre une agitation grandissante dans les banlieues suite à un accident de moto. Le confinement n'est pas respecté par les allochtones. Les transports en commun au service allégé sont bondés de personnes qui ne portent pas tous des masques et au moins des gants classiques, la source principale de contamination est et sera donc la région Parisienne, les grandes villes, les voyageurs en train ou avion.

En province la situation s'améliore très vite du fait d'un bon respect du confinement. Dans ma ville, il n'y a pas de risque à ouvrir marchés et magasins en respectant les consignes de sécurité. Toutefois, le pouvoir va avoir beaucoup de mal à déconfiner région par région et secteur par secteur économique, car il va être obligé de désigner les zones exclues, comme par hasard les ZUS.

Le trafic de drogue est très perturbé, la marchandise commence à faire défaut (c'est le cas dans ma ville), ce qui va entraîner des cambriolages ou attaques de pharmacies, voire des urgences. Compte tenu des lâchetés en cours dans les ZUS, il est probable que le pouvoir laissera faire le trafic pour éviter les "émeutes du manque".

L'utilisation de mortiers de feu d'artifice de gros calibre (qui ne sont pas en vente libre en France) et de cocktails Molotov prouve qu'il y a d'importants stocks d'armes et de munitions plus létales.

La date fatidique sera le 23 avril, début du ramadan (40% des habitants théoriques du 93 sont musulmans). Les sites musulmans sont chauds bouillants sur le sujet, le pouvoir aurait reçu des imams pour tenter de les calmer. Rappelons que l'importation d'imams étrangers est impossible, théoriquement.

Un événement original risque de se produire. Pour ce ramadan, nous pouvons assister à des scènes Bibliques (si j’ose dire) : le déboulé nocturne de cortèges venant des ZUS dans les centres des villes «zone orange» déserts et confinés, et donc facilement accessibles rapidement, façon fantasia. Avec attaques de commissariats et casernes de gendarmerie, mairies, écoles, églises brûlées et pourquoi pas pillages et razzias dans les quartiers Juifs et Asiatiques etc… 

Le pouvoir a déjà renoncé à sanctionner les "réunions familiales" à Marseille, le signal est désastreux.

Le 11 mai va donner lieu à des libations particulièrement favorables aux contaminations. Rappelons que le ramadan est en fait une orgie.

La galaxie des associations à but humanitaire grassement financées par les Français de souche, qui est en fait le support de l'immigration clandestine, est en très grosses difficultés. La plupart fonctionnent avec des personnes âgées à risques obligées d'arrêter. Ca donne des leçons mais ça reste chez soi mort de trouille en laissant tomber leurs "clients" qui leur permettent de se goinfrer de subventions. L'exemple des cantines scolaires jamais payées est significatif. Cela entraîne déjà des pénuries alimentaires, qui vont déboucher sur des pillages, ventre affamé n'a pas d'oreille.

Une bonne partie des migrants sont soit livrés à eux même, soit confinés dans des hôtels ou des bâtiments désaffectés, où Covid-19 est dans son élément.

 

 

QUE FAIRE SI VOUS ÊTES EN ZONE BLEUE

 

Pour ceux qui (comme moi) habitent en zone bleue, on reste à la maison, un peu plus de nourriture d'avance et combines pour circuits courts avec les producteurs du coin. Tout dépend de la distance entre votre domicile et les ZONES ROUGES et les zones d'activités propices aux pillages. 

En tous cas : vérifiez vos véhicules, réservoir pleins, radios chargées, sacs d'évacuation prêts, itinéraires et point de chute (BAD) repérés.

N'oubliez pas de contacter vos voisins.

 

 

QUE FAIRE SI VOUS ÊTES EN ZONE ROUGE

 

Pour ceux qui sont encore en zone rouge, il est vraiment temps d'évacuer, votre vie est en jeu. Seul, vous ne pouvez pas résister à une émeute, car vous ne pouvez pas rester opérationnel plus d'une journée.

La première tâche est de vérifier votre véhicule (pleins, niveaux, pneus, batterie, éclairages...), de déterminer votre point de chute (BAD) et votre itinéraire en évitant autoroutes, rocades, voire les nationales. Une bonne carte papier récente est indispensable, mais si vous avez un GPS, tant qu'il fonctionne utilisez le.

Consulter la page SURVIVALISME pour préparer vos sacs : emmener le strict nécessaire, ce n'est pas l'exode de juin 40. Bien expliquer aux enfants ce qu'il se passe et n'oubliez pas le doudou.

Le déplacement est à préparer comme une opération militaire.

En premier, savoir qui commande l'opération et le déplacement. Il faut éviter que chacun en fasse a sa tête , un chef, un second au cas où.

Le mieux est d'avoir un véhicule d'ouverture avec deux personnes à bord (distanciation sociale !), de préférence un véhicule de société pour avoir un alibi boulot, transport de marchandise, soignant etc...

L'équipage devra éviter d'attirer l'attention (peu de bagages, masques...). Respect absolu du code de la route. L'un conduit, l'autre guide avec la carte et fait la liaison avec le reste du convoi. Ce véhicule peut être équipé d'une caméra de route.

On peut envisager aussi une moto avec le pilote muni d' une caméra de casque filmant son parcours et retransmis sur un portable dans les véhicules suivants. Comme cela les occupants des véhicules peuvent suivre en direct ce qui se passe devant et voir les contrôles routiers.

Penser à savoir quel numéro de tél est dans tel véhicule et minimum deux téléphones par voiture, un premier qui sert en priorité, un second de secours.

Les candidats au convoi devront être les plus discrets possible et les opérations se font sans publicité.

Contrairement aux règles de déplacement des convois (ou de peloton) il faut projeter le véhicule d'ouverture en avant, distance 1 km, ce qui oblige à utiliser des portables, ou mieux des radios (changement de fréquence à chaque regroupement). Si vous avez des radios, mettez les portables au minimum en mode avion, ne les réouvrir qu'en cas d'urgence. 

C'est la technique employée par les "go fast". 

Si ce véhicule d'ouverture est arrêté ou obligé de faire demi tour vous avez le temps ainsi de vous arrêter et de donner un rendez-vous sur la place de l'église ou de la mairie d'un village à désigner. Les autres véhicules du convoi sont les familiaux et la camionnette logistique (que vous pouvez louer en vous débrouillant bien).

Prévoir un arrêt désigné avec précision tous les 30 km environ. 

Le déplacement va être long et pénible, pensez à ces dames et aux sales gosses.

Il faut retourner au temps d'avant et des passeurs, bien connaître le terrain, la météo, les hommes ou femmes ou enfants, anticiper tout les problèmes pouvant se passer pendant le trajet (arrêt pipi, bouffe, malade ,etc... Mieux le déplacement est bien préparé, anticipé et secret, mieux cela devrait bien se passer, il ne restera que l'imprévu.

 

QUE FAIRE SI VOUS ÊTES EN ZONE ORANGE

 

La ZONE ORANGE est entourée de taches de léopards des ZUS, et contient les organismes vitaux de l'Etat (préfecture, commissariat, casernes de gendarmerie, mairie. Comme indiqué ailleurs, il est probable que des incursions nocturnes voire diurnes vont se produire suite à l'excitation actuelle.

Néanmoins, l'Etat va être contraint de déployer les forces de l'ordre pour protéger ses points sensibles.

Cela vous assure une certaine protection. Rappelons que si vous êtes Juifs ou Asiatique vous êtes une cible plus vulnérable.

Néanmoins il faut vous préparer à évacuer RAPIDEMENT, donc tout doit être prêt.

Vous reporter au chapitre ZONE ROUGE ci-dessus et à la page SURVIVALISME pour le reste.

 

 

ATTITUDE VIS A VIS DES ÉLUS ET DES "AUTORITÉS" EN GÉNÉRAL

 

Notre organisation a aussi pour vocation de participer à la vie locale sous l'angle de la sécurité collective.

Il convient donc d'observer et de collationner du renseignement sur le comportement et les agissements de vos élus, des fonctionnaires territoriaux et des donneurs de leçons de l'oligarchie. Il y aura en fin de crise des comptes à régler et des procès pour lesquels des preuves matérielles seront les bienvenues.

Nous pensons en particulier à ceux qui se sont enfuis ou se planquent, comme nos chers "people". C'est à la portée de tout le monde. 

 

 

 

DIRECTIVE n°2 AU 08.04.2020

 

 

 

Cette application est un piège ne l'utilisez surtout pas.

 

MISE A JOUR DU 07.04.2020 : C'est quasiment un ordre, vous ne devez pas utiliser cette application. Foi d'ancien programmeur, un tel logiciel peut être prévu pour récupérer les données GPS et les bornages et les transmettre à votre insu. On ne sait pas ce que contient le QRCode qu'il génère, lisible que par la police, mais illisible pour vous. Cela a été mis en place si rapidement qu'il a dû être acheté aux Sud Coréens et trafiqué par les artistes des services de renseignement. A bannir.

 

 

DIRECTIVE n°1 AU 03.04.2020

 

 

 

L'accélération des événements est très nette, voir www.guerredefrance.fr . Ces instructions évolueront en fonction de la situation.

 

 

LE POINT SUR LA SITUATION au 03.04.2020 (mise à jour le 21.04) :

 

20 millions de Français se sont déplacés pour les élections, 12 millions de jeunes sont confinés mais jouent entre eux, le premier week end de confinement un million d'étudiants sont rentrés chez leurs parents, 17% des Parisiens ont fuit en province (pareil pour les grandes villes). Cette multitude de déplacements a diffusé le virus dans les campagnes et il fallait s'attendre à une saturation des hôpitaux des petites villes, sous équipés. Etant donné que la population locale était très peu touchée, le nombre de malades diminue très vite en province, ce qui n'est pas le cas de la région Parisienne.

Du fait de comportements inadmissibles et de la désobéissance civile dans les banlieues, en particulier dans le 93, une deuxième vague de fuyards s'est déplacée vers la province en particulier les stations balnéaires le week end du 21/22.03. Il faut s'attendre à une troisième vague, composée cette fois de résidents de banlieue potentiellement très fortement contaminés (comme les Comoriens à Marseille), qui vont loger chez les familles élargies (cousins) ou les "connaissances" dans les cités HLM de province, avec concentrations ethnico-religieuses.

 

Les maires en place voient leurs administrations prolongées pour au moins deux mois. Or le maire est le garant de la sécurité de sa population, et ses qualités de "chef" (ou pas) vont avoir un impact considérable sur l'évolution de l'épidémie dans leur ville ou village. Idem pour les présidents de communautés de communes, qui ont des compétence souvent très étendues en matière de santé publique (pôles de santé, maisons médicales). Or leur autorité est très dépendante des votes qui auront lieu après les élections municipales.

Si le maire sortant a été réélu au premier tour, ça va. Mais ses nouveaux adjoints et conseillers sont sur la touche, restent donc les survivants fatigués et les démissionnaires...

Si le maire sortant est en ballottage, voire battu (ce qui est le cas dans ma ville), ça va être expédition des affaires courantes, service minimum avec parapluie déployé. Les candidats encore en lice pour le deuxième tour ne peuvent qu'assister au désastre et récupérer une mairie en vrac. L'imbroglio va être pire s'il faut tout recommencer.

 

Tout cela affaiblit les pouvoirs d'organisation du maire et par conséquent des préfets et services de police.

Les reportages des chaînes TV et You Tube et vidéos postés sur les réseaux sociaux sont clairs. Si la grande majorité de la population respecte autant que faire ce peut le confinement, ce n'est pas le cas dans les zones de non-droit.

Les groupes de délinquants organisés sont passés à l'action (vols, cambriolages, pillages, vente à la sauvette, arnaques sur internet). Le trafic de drogue est très perturbé, ce qui ne peut que mener à des actions violentes. Le relâchement des personnes des centres de rétention, voire bientôt des prisons va jeter dans la nature des délinquants sans scrupules (8000 + 2 à 3000 clandestins...)

Les exemples se multiplient de non-respect des consignes, soit des "racailles" soit des jeunes "bourges" qui nous font une crise de rébellion, en particulier ceux qui ont fuit les grandes villes et se retrouvent avec des estaminets, casinos, plages, ports etc... fermés.

 

Les pratiques religieuses entraînant habituellement beaucoup de contacts et de promiscuité (musulmans prières du vendredi et shabbat pour les juifs le samedi, en particulier) ont pu et peuvent encore entraîner des contaminations de "clusters" massives (20000 Juifs concernés à Strasbourg).

Un terroriste vient de décréter que cracher sur les policiers était licite dans le cadre du djihad...

 

Une partie du personnel médical et des forces de polices jetées dans la bataille sans masques sont contaminés (sans trop de risques pour les jeunes, mais ils restent indisponibles trois semaines, le gouvernement traînant des pieds pour fabriquer et administrer de la chloroquine, dont des stocks ont disparu).

Certains maires ont instauré un couvre-feu, pris des arrêtés empêchant la fréquentation des lieux comme les plages, ce ne sont pas des vacances mais un confinement.

Juridiquement parlant nous sommes dans un nouveau régime ETAT D'URGENCE SANITAIRE.

En cas de débuts désordres, insurrections, émeutes, pillages l'Etat peut décider L'ETAT D'URGENCE.

Le stade suivant est l'ETAT DE SIÈGE où le pouvoir de police est transféré à l'Armée (application de l'OTIAD et du plan AU CONTACT).

La Gendarmerie n'a pas encore mobilisé ses réserves, mais compte 100 gendarmes contaminés. Le CEMAT s'est adressé aux réservistes en leur demandant de se préparer à une convocation (encore faut il trouver des locaux, respecter les règles de sécurité...).

 

 

VOTRE PRÉPARATION :

 

Il faut donc que les citoyens qui ont des connaissances militaires, en secourisme, en médecine, et le milieu associatif,  se préparent psychologiquement et matériellement à se mobiliser (en particulier préparer votre sac pour être autonome deux ou trois jours, il ne vaut mieux pas rentrer chez vous si vous êtes en contact avec des malades, bivouac à prévoir !).

Le niveau le plus pertinent est celui de la mairie (éviter les réunions avec trop de monde, s'appuyer sur les moyens de communications, réseaux sociaux, sites, mails, téléphone).

Si le maire et ses adjoints fuient leurs responsabilités, pas d'autre solution que de s'organiser par quartiers, pâtés de maison ou en famille.

Si vous êtes en ZONE ORANGE ou ZONE ROUGE, sortir pour aller faire vos courses peut devenir dangereux. Sortez à plusieurs en respectant les distances.

La logistique d'approvisionnement alimentaire a été très fortement sollicitée, les sur-stockage en vue du marché noir ont créé des pénuries sur certains produits.

Si vous laissez votre famille derrière vous, il convient à ce stade d'avoir au moins 15 jours de vivres (et eau). 

 

 

QUE FAIRE :

 

Si vous êtes volontaire le mieux est de contacter le maire ou son adjoint à la sécurité, de votre municipalité sortante et éventuellement celui de la liste concurrente susceptible de remporter la mairie, cas défavorable si vous ne le connaissez pas. S'il existe un réseau "PARTICIPATION CITOYENNE" intégrez le si ce n'est déjà fait. Voir aussi du côté de l'organisation privée "VOISINS VIGILANTS".

Vous pouvez aussi proposer votre bénévolat dans les associations de sécurité civile (CROIX ROUGE, SECOURISME) mais aussi dans celles à caractère social (RESTOS DU COEUR en particulier, le vidage des magasins n'a pas arrangé la situation).

Il y a un moment où les forces de polices (décimées par le virus s'ils n'ont pas pris de précautions) peuvent avoir besoin de vous pour assurer la logistique par exemple, si vous avez reçu une formation militaire.

La première chose à faire est d'obtenir de vos interlocuteurs un COUVRE FEU nocturne (22h-7h) qui simplifie considérablement le contrôle de la délinquance.

Dans la journée, vous pouvez être amené à surveiller les quartiers, et le vôtre en particulier (attention ! aucune intervention !!!).

 

 

ACTIONS A PRÉCONISER :

 

Ce n'est pas vous le maire, seule votre compétence et votre force de conviction l'aidera ou l'obligera à prendre les bonnes décisions. N'oubliez pas que si on recommence l'élection, son bilan dans cette situation de crise pèsera lourd dans la balance, même s'il a été réélu.

Si vous percevez du fait de votre expérience que la situation peut dériver, notre seul recours est de convaincre vos connaissances et interlocuteurs de passer le plus rapidement possible en mode ETAT DE SIEGE.

 

Vous connaissez votre ville ou votre village, et donc ses points névralgiques, entre autres :

 

-- LES URGENCES des hôpitaux et cliniques, où il va falloir faire la police du fait du comportement exigeant habituel de certaines communautés,

-- LES CABINETS DE MEDECINE

-- Les MEDECINS et INFIRMIÈRES qui se font cambrioler leurs véhicules. Il pourra s'avérer nécessaire de les sécuriser s'ils doivent se rendre dans les "quartiers".

-- L' APPROVISIONNEMENT EN EAU à surveiller de près (châteaux d'eau pleins),

-- L' APPROVISIONNEMENT EN ELECTRICITE ET GAZ Idem

    (en particulier les transfos et postes de détente non surveillés habituellement (rondes diurnes et nocturnes)).

-- LES PHARMACIES (pillage de masques et maintenant de médicaments)

-- LA PRÉFECTURE, LA POSTE,

-- La MAIRIE et/ou la salle du QG de crise, LE SIÈGE DE L'AGGLO

-- L' APPROVISIONNEMENT DES MAGASINS D'ALIMENTATION (pillage, régulation des flux et des quantités pour éviter les pénuries)

-- LES ZONES D'ACTIVITÉS en général, cible privilégiées de certaines bandes organisées en temps normal (cuivre, ferraille...)

-- LES STATIONS SERVICES 

-- EMETTEURS TV et ANTENNES TÉLÉPHONE

 

 

A PRÉVOIR :

-- MISE A JOUR DES FICHIERS, DES CARTES, DES ANNUAIRES (téléphones, boîtes mail, fréquences radio)

   (d'expérience d'exercices de DOT, on a parfois de grosses surprises, entre autres des cartes de "salle op" de préfectures obsolètes)

-- MISE EN PLACE D'UN COUVRE-FEU 

-- RESTRICTIONS EVENTUELLES DE CIRCULATION

-- CONFINEMENT DES QUARTIERS HORS CONTRÔLE et AIRES DE GENS DU VOYAGE (uniquement en cas de dérive avérée, ne stigmatisons pas a priori)

-- PRÉPARATION DE LA MISE EN PLACE D'UN OU DEUX HÔPITAUX PROVISOIRES (salles de sport, établissement scolaires libérés des élèves etc...), soit pour le TRI préalable avant les urgences, soit pour la convalescence.

-- FERMETURE DES SERVICES PUBLICS non indispensables : tribunaux, CAF, Pôle Emploi, CCAS...

-- INTERDICTIONS D'ACCÈS : EPAHD et maisons de retraites, lieux de cultes.

-- AIDE AUX PLUS DÉMUNIS : début avril, vers le 5, les personnes ayant de faibles ressources, les clandestins, les SDF et les cigales seront dans une situation très précaire pour leur alimentation. Ventre affamé n'a pas d'oreille.

-- AIDE AUX ASSOCIATIONS : l'encadrement des associations à caractère humanitaire est souvent composé de personnes âgées vulnérables au virus. De plus leurs publics sont eux aussi les plus vulnérables aux contaminations (précaires, pauvres, SDF, drogués, migrants, clandestins). Recenser celles qui fonctionnent ou non. Une bonne partie du personnel des mairies est en confinement, mais ces personnes sont mobilisables comme les soignants.

 

 

A suivre. Si vous avez des idées ou des documents existants apcontact@protonmail.com ou contactgdf@protonmail.com